Une surprise de taille, rue de Rivoli

On se souvient de la poésie de ses personnages bleus, dessinés en taille réelle sur la palissade de chantier, rue de Rivoli. Inspiré du Guide de Paris qu’il venait de publier, Charles Berbérian les avait mis en scène pour le bonheur des passants qui s’amusaient à se prendre en photo en leur compagnie. Le dessinateur et scénariste de bande dessinée revient ces jours-ci dans cette même rue de Rivoli avec des dessins plus grands encore, qui viennent habiller la monumentale toile décorative, en cours de montage, dressée devant la future façade contemporaine.

 

« J’ai pensé à ce que les passants de la rue de Rivoli se disaient en voyant la Samaritaine en travaux : Qu’est ce qui se passe derrière les bâches ? J’ai donc voulu montrer les gens en train de travailler », raconte Charles. Les deux premières bandes dessinées développent sur 70 mètres, sa perception de l’envers du décor. Des visages, des machines, des gestes, une ambiance. « J’ai visité le chantier, j’ai observé mais je me suis aussi imprégné des photos de Vladimir Vasilev qui suit régulièrement le chantier. Ces photos sont très belles, très humaines, elles capturent avec une grande force graphique des regards, des pauses, des moments d’intimité. ». Restait à trouver l’esthétique qui retranscrive l’émotion dans le dessin grand format. « J’étais sûr qu’il fallait très peu de couleurs, mettre un détail en gros plan, et surtout ne pas trop en faire, éviter le piège du stéréotype ». C’est réussi et l’on a bien du mal à imaginer que chaque dessin a été réalisé en format A4 avant d’être agrandi. « Quand j’ai vu le résultat, j’ai tout de suite pensé à la réaction des voisins qui s’étaient réveillés devant cette gigantesque affiche avec des ouvriers bien réels qui travaillaient autour de ses images. Pour moi, ça devait relever de la science-fiction !

 

 

L’histoire que nous raconte Charles Berbérian continuera prochainement avec la pose de deux autres bandes qui couvriront la façade jusqu’en haut. Il n’y sera plus représenté le chantier, mais les clients passés et futurs du Grand Magasin mythique et, en apothéose, une vue de Paris, tel qu’on le découvrira depuis les terrasses de la Samaritaine. L’illustrateur a voulu ici mettre ses pas dans les pas de l’auteur anonyme de l’aquarelle panoramique qui faisait office de table d’orientation aux visiteurs s’aventurant sur le belvédère de la Samaritaine. « C’est une œuvre qui m’a touché, explique Charles. J’ai voulu la « reconnaître », j’en ai donné ma propre version. Le dessin, c’est aussi fait pour maintenir le lien, d’un siècle à l’autre, avec tous les dessinateurs ».

Rue de Rivoli - angle nord-est
Rue de Rivoli - angle nord-ouest
Détail
Détail
Détail
Détail
Dessin préparatoire de la table d'orie...
Dessin préparatoire de la table d'orie...
Dessin préparatoire de la table d'orie...
Dessin préparatoire de la table d'orie...